Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

"THE WOMAN" DE LUCKY MCKEE

Publié le par ZOMBI BURGER LAND

"THE WOMAN" DE LUCKY MCKEE

Aujourd'hui "The woman" de Lucky Mac Kee. L'histoire : Un avocat père de famille qui décide de protéger sa famille lorsqu'il rencontre La Femme, sévèrement blessée et seule survivante d'un clan, qui erre dans les bois près de sa maison. A travers une série de rencontres bizarres, il se rend compte que La Femme semble bien plus dangereuse que prévu. Il décide de la capturer et de la briser.

Nous voici donc face au film polémique du moment. Le nouveau film de Lucky Mckee qui nous avait déjà offert "May" ou "The woods" reste à mon sens une fois de plus largement en dessous des attentes. Il n'est pas peu dire que mes attentes envers cette nouvelle réalisation de la coqueluche indépendante adulé par une bonne partie de l'intelligencia geek franchouillarde, ne sont pas franchement grandes. En effet, "the woman" toujours adapté du romancier Jack Ketchum, fait suite au désastreux "the offspring". Bien qu'il soit plus réeussi, il reste handicapé par bon nombre de choix artistiques foireux, dont les prises de vues quasi non étalonné, donnant parfois un style cinéma vérité. Une rythmique parfois anémique et surtout une fois de plus l"élément central du film la Woman en question. Déjà dans "the offspring" les sauvages ressemblait plus a des gens lambda déguisé en hommes de Cro-Magnon pour halloween, ici c'est un peu la même. La woman a une belle frange, déambule et marche de façon trop sophistiqué et s'escrime a pousser de grand cri de bête sauvage pour bien faire comprendre qu'elle est sauvage. Ce qui peine a persuader qu'il existe de nos jours des caucasiens perdus dans des zones civilisés américaine et vivant en sauvage. Cependant l'actrice Poliana McIntoch reste doué. Mais de ce point de vue la sauce ne prend pas. Par contre la famille de détraqué version middle classe est assez convaincante, le père interprété par l'acteur Sean Bridgers est quand a lui fort flippant et campé d'Angela Bettis en femme battue terrifié et complice. Malheureusement Mckee traite toujours de ses sujet avec une légèreté parfois adolescente et se permet des mise en musique parfois douteuse. Donc bien entendu a mon sens "the woman" fait parti de ses meilleurs film, mais voila il reste un réalisateur dont le style m'en touche une sans bouger l'autre. Certains passages sont réussi, mais la puérilité du traitement en rapport avec son propos certes casse gueule, flingue le métrage qui au final reste largement trop surestimé. Dommage.

Commenter cet article